Votre parcours : qui êtes-vous et que faites-vous ? Depuis quand êtes-vous freelance ?

Joanna Martins, 24 ans, je suis freelance depuis un an et demi maintenant.
Ma formation est plutôt atypique car je suis à l’origine diplômée de médiation culturelle mais par la suite je me suis spécialisée en RSE (Responsabilité Sociétale et Environnementale).
Au quotidien, je conseille et j’accompagne différentes sociétés dans leurs stratégies digitales : communication globale, gestion commerciale terrain et e-commerce, développement structurel. J’interviens sur du B to B, du B to C mais aussi auprès de la presse et des institutions.

Qu’est-ce qui a changé pour vous dans votre organisation (administratif, fiscalité, reconnaissance professionnelle…) ?

Le statut d’indépendant permet à la fois une véritable liberté mais demande également de la rigueur. Il faut s’imposer une gestion administrative et financière simple et efficace pour que cela ne devienne ni une source d’angoisse, ni une perte de temps. Être efficient sur ces points permet de libérer du temps nécessaire pour ses clients, mais aussi pour trouver l’équilibre crucial : continuer à avoir une « vie » en dehors de son travail, le nerf de la guerre pour les indépendants.
Personnellement, j’essaye au maximum de bloquer un créneau tous les mois pour gérer cela et j’ai pris le temps avant de me lancer de construire un tableau Excel que je complète mensuellement pour toujours savoir où j’en suis.

Comment vous organisez-vous pour trouver des missions ?

J’ai la chance d’avoir des clients fidèles, avec qui nous avons réellement construit une relation de confiance, et qui me font travailler de manière régulière sur des thématiques spécifiques selon les besoins. Ce sont ces clients qui me recommandent également, et qui me permettent d’agrandir un réseau dans lequel les demandes sont nombreuses.
Aujourd’hui, les profils flexibles sont très sollicités, surtout dans des structures de tailles moyennes qui ne peuvent pas se permettre un poste quotidien sur ces questions de communication.
Il faut trouver la bonne proposition pour le bon client, et sonder au mieux ses besoins pour lui proposer une offre efficace. L’indépendant est sans cesse challengé sur sa capacité à innover.

Parlez-nous de votre travail au quotidien : en quoi vos compétences apportent-elles des solutions et donc de la valeur aux projets qui vous sont confiés ?

Je suis généralement sollicitée pour agir sur des points très variés par un même client, et cela s’intensifie toujours du fait des connexions entre les différentes activités. L’objectif des clients que j’accompagne est de mesurer rapidement une évolution dans le ou les domaines sur lesquels ils me demandent d’intervenir. Avoir des compétences très variées, permet d’apporter des réponses innovantes. La mise en œuvre, elle, résulte ensuite d’un travail collaboratif avec les équipes et des spécialistes lorsque c’est nécessaire.
Ce sont ces synergies qui sont recherchées par les entreprises auprès des indépendants.

Etes-vous heureux de votre statut de freelance ? Quels sont les avantages ?

Être indépendant, c’est faire ses propres choix, et même si ce n’est pas évident tous les jours, je trouve ce statut très épanouissant.
Pour ma part, c’est en particulier le fait d’aller de A à Z sur un projet qui est particulièrement valorisant, de comprendre toutes les interactions et d’être acteur d’un projet que l’on a construit.
Les rencontres sont aussi nombreuses, je ne travaille finalement que très peu seule.
En parallèle de mes activités de conseil, j’ai aussi la liberté d’imaginer d’autres projets, j’ai donc une petite marque de décoration, et je m’investis aussi dans des projets événementiels associatifs, cela ne serait pas possible sans une gestion souple de mon temps.

Comment voyez-vous votre vie professionnelle dans 5 ans ? (toujours freelance, création de votre société, changement d’orientation…)

En plus de mon activité de freelance, je suis également associée d’une marque de papeterie haut de gamme pour laquelle je m’occupe des mêmes problématiques. C’est une structure en pleine évolution ! Mais mon côté opérationnel me pousse à penser aux projets présents et à ne pas toujours me focaliser sur l’avenir. Il faut prendre le temps d’anticiper les évolutions, de s’y préparer, sans pour autant que cela devienne un frein du quotidien.

Où peut-on vous suivre ? Un blog, une page Facebook ?

Twitter : @JoEtLesMouettes
LinkedIn : Joanna Martins

Share This