Sélectionner une page

7 idées reçues sur les freelances

7 idées reçues sur les freelances

Vous l’avez sûrement remarqué : quand on vous demande ce que vous faites et que vous répondez “je suis freelance”, on sent une interrogation venant de notre interlocuteur sur votre profession. 

Freelance. Pas toujours, mais cela arrive assez fréquemment. Freelance ? Ce n’est pas un métier ça ! Ou bien : vous êtes freelance, donc vous êtes si mauvais qu’aucune entreprise n’a voulu de vous et que c’est la dernière solution qu’il vous restait. Voici quelques « perles » que vous connaissez certainement… 

1) Freelance, c’est un loup solitaire :

Incapable de travailler en équipe, de s’intégrer sur un projet… Que n’avons-nous pas entendu à propos de notre supposée incapacité à travailler en équipe ! Il faut savoir qu le travail d’un freelance consiste à  80% à travailler sur des projets incluant de très nombreux intervenants (graphistes, développeurs, consultants…). 

Un vrai travail d’équipe qui nécessite des échanges permanents et la prise en compte de nombreuses perspectives au quotidien. Le travail d’équipe, le freelance connaît, et plutôt bien merci. 

2) Un freelance, c’est un(e) égoïste :

S’il discute avec vous, c’est uniquement parce que vous « l’intéressez » – autrement dit : vous êtes potentiellement un employeur. N’oubliez pas qu’un freelance « prospecte » en permanence, c’est plus fort que lui. Quand il rencontre des gens, le freelance a toujours deux casquettes : la personne sociable et le freelance qui a une expertise à vendre. 

Qu’y a-t-il de mal à prospecter ? Si le travail tombé sur un indépendant tout cuit, personne ne le ferai. 

3) Un freelance, est instable :

Non, c’est sa situation qui peut l’être, pas lui – nuance.

 Un freelance est, au contraire, quelqu’un qui a bien les pieds sur terre, qui sait la dureté de gagner son pain. Faute d’avoir la même stabilité qu’un salarié dans une entreprise, il doit faire preuve d’une plus grande maîtrise dans la gestion de ses ressources.

4) Un freelance, c’est un être ingérable :

Comment un freelance va-t-il réagir si on lui donne des ordres alors que justement, s’il a choisi cette voie, c’est pour éviter qu’on lui en donne ? D’où la crainte d’avoir en face de soi des êtres soucieux de leur indépendance et peu enclins à « rentrer dans le rang »… Pourtant, un freelance est quelqu’un qui a une grande faculté d’adaptation. Cette faculté lui permet justement de s’adapter aux différents contrats et missions qui lui sont confiés. Plus souple que lui, n’existe pas. 

5) Un freelance est toujours en retard :

Il faut savoir que si le freelance est en retard, son crédit auprès du client diminue. En effet, être en retard, c’est comme être en train de scier la branche sur laquelle il est assis. Conclusion : le freelance n’a pas intérêt à être en retard.

6) Un freelance, est une personne qui ne paie pas ses taxes :

Certes, l’indépendant est soumis à beaucoup de taxes, mais ne pas les payer est un jeu très risqué. Et puis multiplier les missions au noir n’est pas un bon calcul sur le long terme, en terme de couverture sociale et de retraite.

7) Un freelance, est un métier beaucoup trop cher :

Un freelance peut paraître plus cher qu’un salarié, mais il existe une nuance de taille : l’entreprise paie des charges patronales pour ses salariés, alors que c’est le freelance qui prend à son compte ces charges quand il travaille pour une société. L’écart de tarif sert donc en partie à payer nos taxes… Et un peu de son expertise. Au total, et sans trop verser dans la satisfaction, le freelance est plutôt un « bon deal » pour vos clients.

Et vous, vous en connaissez d’autres d’idées reçues sur les freelances ?

A propos de l'auteur

Anthony Berges

17 ans de marketing dans le secteur des services et des prestations intellectuelles. Passionné par la transformation sociétale en cours qui impacte la relation entre les talents et les entreprises. Demain, tous freelances?

10 commentaires

  1. Avatar

    Une autre idée reçue sur le freelance :
    Un freelance n’est pas une solution pérenne pour une entreprise.
    J’en ai connu des sociétés qui nous appellaient au secours parce que leur SSII habituelle ne pouvait plus assurer la maintenance de leurs applications pour cause de turn-over (Ah non, Monsieur X ne fait plus partie de l’entreprise et il était le seul à connaitre votre dossier !)
    Alors que le freelance est toujours dans l’annuaire, lui.

    Réponse
  2. Avatar

    suggestion d’article :
    comment se mettre d’accord avec le client sur les délais de paiement ?
    en temps que freelance je vois tout et n’importe quoi. Parfois le client REFUSE que je lui envoie la facture avant un certain temps. Comment se mettre d’accord avant le démarrage du projet ?

    Réponse
  3. Avatar

    Merci François pour cette 8ème idée reçue sur les freelances qui est malheureusement bien réelle…

    Réponse
  4. Avatar

    Pierre, comme vous avez raison ! Les questions relatives au paiement feront l’objet d’un très prochain billet. C’est un sujet O combien délicat à aborder, où règne souvent un grand n’importe quoi. Je pense qu’on aura beaucoup à partager et à apprendre de nos expériences respectives sur le sujet 🙂

    Réponse
  5. Avatar

    La dernière que j’ai entendu :
    Vous les freelances, êtes des mercenaires.
    J’ai toujours honoré mes contrats jusqu’au bout, même si le client n’est pas “facile”. Et je ne prends pas n’importe quel contrat : il m’est arrivé de refuser car je n’avais pas les compétences, ou que j’étais trop loin ou que le projet ne me motivait pas ….

    Réponse
  6. Avatar

    Des mercenaires, oui c’est vrai, Davier, le mot revient souvent… Mais, comme vous dites… le travail est fait, non ? Quant au côté pas “facile” des clients, on en reparlera bientôt. Comment gérer un client difficile, apprendre à dire non à un client… Voilà des sujets qui, je le sens, va nous inspirer 🙂

    Réponse
  7. Avatar

    E que dire de ces clients qui nous prennent pour des bénévoles… ou des esclaves?

    Réponse
  8. Avatar

    Bien vu, Carla 🙂 Personnellement, le côté bénévole moins que le côté esclave. Surtout dans l’ultra disponibilité qui nous est demandée. A croire que nous sommes mono-client. Mais on en reparlera très prochainement 😉

    Réponse
  9. Avatar

    Have no a lot of money to buy a building? You not have to worry, because that is real to take the credit loans to resolve such kind of problems. So take a small business loan to buy all you need.

    Réponse
  10. Avatar

    I will recommend not to hold back until you earn enough money to buy goods! You should just take the personal loans or just auto loan and feel yourself fine

    Réponse

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NOTRE PARTENAIRE


Découvrez le portage salarial avec AD’Missions.

Notre newsletter

  • Le meilleur de l'actualité freelance chaque mois dans votre boite mail.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.