“Je prends très peu de vacances, deux à trois semaines par an. Je n’en ressens pas le besoin en faisant du slow freelancing, car je n’ai pas à attendre le temps libre ou le week end pour profiter. Mes loisirs sont intégrés dans mon quotidien.” Brice Schwartz, créateur de Slow Freelancing, Le Podcast.

De nombreux freelances se lancent en indépendant pour la grande liberté d’organisation que cela leur permet.

Pourtant, on constate que la plupart des indépendants ont un volume horaire de travail plus important que les salariés. D’où vient cette tendance ?

Nous allons nous questionner sur l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. Comment se sentir à l’aise et trouver l’épanouissement dans son quotidien ? Doit on à tout prix séparer les deux, ou au contraire intégrer le travail dans notre quotidien en le désacralisant ⚖️ ? Nous avons posé ces questions à Blandine Tracol, à l’initiative du collectif Coworcoeur et à Brice Schwartz, créateur de Slow Freelancing, Le Podcast. Profitez également des conseils de Laëtitia Vitaud et Samuel Durand !

Un Café Freelance a été dédié au sujet, il complète les informations de cet article.

Nous allons vous apporter des pistes pour que vous découvriez l’organisation qui VOUS ressemble le plus.

Préambule – Laëtitia Vitaud

Vie pro / vie perso … et vie quotidienne

Pour commencer, je dirai que l’équilibre pro/perso est souvent davantage présenté comme un sujet “féminin”. Encore aujourd’hui, les femmes assument beaucoup plus de “travail” domestique : tâches parentales, tâches quotidiennes et autres corvées diverses… Du coup, c’est un sujet omniprésent dans leur vie. Comment être à son travail quand on doit penser aux devoirs des enfants et vice versa ?

Souvent, avec le déséquilibre permanent, on a un sentiment de culpabilité permanent. Je ne suis pas assez bien ni dans la vie pro, ni dans la vie perso !

Pour les freelances, la flexibilité au travail est parfois un cadeau empoisonné. Puisque tu es “libre” d’organiser ta journée, c’est à toi d’en faire plus à la maison ! Résultat : la charge totale est plus lourde et tu n’as pas plus de temps pour toi. J’ai observé ça tant et tant de fois : des femmes hyper efficaces dans leur travail… qui parviennent à dégager du temps pour s’occuper de leurs enfants et des hommes qui dégagent du temps plutôt pour des projets personnels et du sport.

Les 2 questions soulevées par ce sujet ?

  • La première, c’est le mélange entre vie pro et vie perso.Existe t-il un équilibre possible ou bien, est-ce qu’il faut abandonner l’idée même de l’équilibre ? J’en suis arrivée à la conclusion qu’il n’y a pas une réponse unique à cette question ! L’intégration (le mélange) permet d’en faire plus sans gaspillage, mais cela dessert souvent les femmes qui vont en faire plus à la maison. Cela semble fonctionner mieux quand il y a une bonne répartition des tâches domestiques dans le foyer (ou sans enfants). Personnellement, j’essaye de mieux séparer. Quand je travaille, je travaille, par contre, quand c’est du temps perso, je m’efforce à ne pas y inclure de pro. Parce que je suis ma pire ennemie et c’est justement parce que j’aime travailler que j’ai besoin de limites !
  • La deuxième question concerne les temps de repos et les vacances. Est-ce que vous vous reposez vraiment pendant ces temps-là ? Quand mes enfants étaient petits, je détestais les “vacances”. J’avais l’impression de passer mon temps à les surveiller, faire les courses, le linge, les repas, etc. Combien de personnes  se retrouvent plus fatiguées qu’avant les vacances, et sont presque heureuses que ça finisse ? Du coup, pour moi, les vacances et plus généralement les temps de repos, c’est LE sujet perso qu’il faut sacraliser pour recharger les batteries. Des moments seul·e sans enfant, des moments de déconnexion complète sans tâches professionnelles… C’est essentiel de le sacraliser car c’est ce qui passe le plus souvent à la trappe…

Laëtitia Vitaud | Experte #FutureOfWork

Séparation stricte entre vie pro/perso, avantages et inconvénients

Quand on effectue un métier passion, il peut être difficile de se détacher de son travail. On a pas l’impression d’être contraint, on fait quelque chose que l’on aime et on travaille avec beaucoup d’énergie. C’est là justement que peut se situer le problème.

Ne pas séparer strictement la vie pro et perso, c’est se risquer à tomber dans une routine de sur-production. Cette dernière peut lentement, mais sûrement, conduire au burnout. Vous connaissez tous des personnes autour de vous qui travaillent plus de 50h par semaine (c’est peut être même vous). Il est plus difficile d’obtenir un équilibre dans leur quotidien. Le travail prend une place centrale et il n’y a pas ou peu de places pour d’autres activités extra-professionnelles. Comment parler de temps perso lorsque l’on travaille autant ? S’imposer une limite permet de structurer plus facilement son quotidien, avec un temps dédié au pro et un temps pour le perso.

Brice aide les entrepreneurs et les marques à impact positif à attirer puis à convertir leurs clients idéaux sur internet.

Au travers du slow freelancing, il offre aussi aux indépendants une autre approche du freelancing, pour ralentir, avancer à leur rythme et travailler moins mais mieux.

Brice Schwartz | Copywriter et créateur de Slow Freelancing, Le Podcast.

Le slow freelancing, un rythme qui invite les freelances à ralentir ?

Le slow freelancing est une tendance qui vise à travailler moins, mais mieux. Pour que cela fonctionne, il faut être adepte du deep work. On va séparer nos tâches en blocs de travail et se concentrer dessus de manière intensive. On entrecoupe ces temps de périodes de temps libre ou de travail plus léger. En séparant ces temps de travail et de temps libres, on peut atteindre un équilibre plus facilement.

Dans la même journée, Brice Schwartz indique travailler en moyenne une à deux heures le matin. Il fait ensuite une grande pause le midi de plusieurs heures. Il reprend finalement l’après-midi avec une moyenne de deux heures de travail. Après un temps perso de plusieurs heures l’après-midi, il indique reprendre ou non le travail en fin d’après-midi ou en soirée en fonction du travail à fournir. Il travaille donc en moyenne entre 5 et 6 heures par jour. L’objectif ? Reprendre le contrôle sur sa liberté, prendre du plaisir à travailler et rester 100% concentré dans ses tâches sur les phases productives.

Par contre, Brice ne s’empêche pas de travailler le week end ou les soirs en fonction de ses besoins. Comme cette gestion du temps reste extrêmement flexible, il y a une véritable séparation entre vie perso et vie pro, mais qui reste très modulable.

 Et l’argent, dans tout ça ?

Attention, avec un volume horaire de travail moins conséquent, il est primordial de prendre en compte l’aspect financier. Il faut dégager suffisamment de revenus dans un temps de travail imparti pour en vivre en accord avec son mode de vie. Nolwenn Nasri, que nous avons reçu lors d’un précédent Café Freelance pour apprendre à lisser ses revenus, parvient aujourd’hui à ne travailler que 3 journées par semaine. Pour cela, pas de secrets : elle choisit ses clients, propose un TJM suffisamment élevé et répartie son temps de travail de manière efficace.

Mélanger vie pro et vie perso, avantages et inconvénients

Et s’il n’y avait pas de limite tangible entre votre travail et votre temps personnel ?

Il n’est pas rare que vos clients, à force de faire connaissance avec eux, deviennent également vos amis. Il est aussi possible que vous travailliez avec d’autres freelances, à travers des projets communs ou des espaces de rencontres collectifs. Dans ce cas là, que penser du temps de midi ou vous déjeunez ensemble ? Est-ce du temps pro ou du temps perso ? C’est probablement un mélange des deux.

Avec une grande flexibilité horaire, vous n’êtes pas obligé de vous cantonner aux horaires de bureau des salariés (cela dépend cependant de votre métier). Vous vous sentez plus productif tôt le matin ou tard le soir ? Rien ne vous empêche d’adapter vos séances de travail ! Il s’agit d’intégrer votre travail dans votre quotidien et de ne plus le dissocier spécifiquement dans votre journée.

Pour que cela fonctionne avec vos clients, la meilleure solution est de travailler de manière asynchrone, d’utiliser des moyens de communication avec des réponses différées, tout en proposant des plages où vous êtes “toujours disponible” pour être contacté.

Le coworcoeur, coworking en ligne pour designers

À “La maison du Coworking” de Rennes, les freelances échangent ensemble au quotidien. Photo du Club Café Freelance en Avril

Travailler au sein d’un collectif, entre temps pro et temps libres

Les collectifs de freelances, ou les espaces de coworking, sont de bonnes alternatives pour travailler dans un quotidien plus contrasté que quand on travaille de chez soi.

L’échange autour de temps collectifs (les pauses, temps de repas, projets communs) permettent d’inclure une dimension plus personnelle. Cela inclut du temps de travail, mais aussi du temps qui n’est pas directement alloué à la productivité. Ces moments permettent d’échapper à la routine et bien souvent, de véritables amitiés voient le jour.

Dans le cadre du collectif Coworcoeur développé par Blandine, les rencontres entres indépendants sont 100% virtuelles.

Il y a des channels dédiés aux travail, mais d’autres sont plus personnels, permettent de poser des questions, de parler des passions de chacuns ou d’échanger le temps d’un café.

Blandine est la créatrice du Coworcoeur, une communauté d’entraide entre designers et créatifs freelance.

Cet espace en ligne permet de s’amuser tout en bossant et en apportant des réponses concrètes aux doutes, blocages ou questionnements des uns et des autres.

Blandine Tracol | Graphiste et fondatrice du collectif Coworcoeur

Le rythme de vie collectif : mon quotidien… et celui des autres

Trouver l’équilibre qui vous correspond est d’autant plus complexe car vous n’êtes pas seul dans l’équation. Avec votre entourage, votre vie de famille ou vos passions, vous devez composer avec le rythme des personnes qui vous entoure. Si vous êtes en couple avec une personne salariée, il est fort probable que son propre rythme influence également le vôtre. Les temps de vie collectifs sont importants pour éviter la solitude. Finalement, beaucoup de freelances adoptent un rythme de travail similaire aux salariés pour disposer des mêmes temps libres. À vous de trouver l’équilibre qui vous permet de concilier travail, temps libre et temps collectifs !

Samuel est expert en Future Of Work. Il a réalisé le documentaire “Work In Progress”, qui propose une fenêtre ouverte sur le travail d’entrepreneurs atypiques qui osent casser les codes !

En 2019, il réalise une learning expedition pour explorer les mutations du travail dans le monde. Résultat : Une dizaine de pays visités, plus de 100 rencontres et de nouvelles idées pour révolutionner le monde du travail à promouvoir en France.

Samuel Durand | Auteur, réalisateur et conférencier sur le Future Of Work

e privée / vie publique : et si c’était la véritable question ?

Quand on décide de mélanger vie personnelle et professionnelle, il faut tout de même faire la distinction à une troisième donnée : la vie privée. Il s’agit du cercle intime de chaque personne.

Si nous n’avons qu’une seule vie, qui mêle à la fois pro et perso, il faut continuer à maintenir une séparation concernant le privé. Il s’agit des relations amicales, amoureuses, familiales, du temps pour soi, etc.

Mais le privé comme le public englobe à la fois le professionnel et le personnel !

C’est là qu’une séparation est saine pour ne pas se perdre, ne pas s’exposer et c’est chacun qui va définir où placer le curseur entre ce qui relève du public et ce qui relève du privé, pas des conventions.

C’est d’autant plus important quand on est indépendant. Parce qu’un client achète une mission, un produit ou quelque chose qui va lui servir à atteindre des objectifs. Pourtant, il y a plein de freelances sur le marché qui offrent des prestations globalement similaires. Il est probable que les missions qui vous ont le plus marqués sont celles où le feeling avec le client était le plus agréable ! Votre client a bien accroché avec votre personnalité, avec des éléments de vous même qui n’ont à première vue pas grand chose à voir avec votre travail. Pourtant, elles ont en réalité tout à voir !

Alors, au final, on sépare vie perso/vie pro ou pas ?

Trouver le bon équilibre entre votre vie professionnelle et personnelle prend du temps. Il ne faut pas hésiter à expérimenter plusieurs solutions pour trouver celle qui vous correspond. Des éléments comme la relation avec vos clients, le rythme de vie de votre entourage ou votre type de métier influencent aussi votre équilibre. Il n’est pas nécessaire de séparer strictement ni de mélanger à 100% vie perso/vie pro. Peut être qu’une solution hybride, plus flexible sera la meilleure option pour vous ?

Si vous souhaitez aller plus loin sur le sujet, profitez des autres conseils de Blandine Tracol, Brice Schwartz, Samuel Durand, Laëtitia Vitaud et de l’équipe des Cafés Freelance grâce au replay du dernier Morning Café Freelance.

Pour obtenir d’autres conseils, rendez-vous sur notre chaîne Youtube ou sur le blog du freelance !

La team Café Freelance