Beaucoup de freelances cherchent à travailler avec des agences. Un objectif difficile à atteindre. Voici nos conseils pour travailler avec elles en intelligence.

Quel bonheur ! Pour un freelance, travailler avec une agence ne comporte que des avantages : projets intéressants, commandes régulières, une structure sur laquelle on peut s’adosser, le paradis. Mais tous les freelances ne peuvent y accéder. Il faut avoir un bon réseau et une très bonne expertise. Enfin, il faut aimer cela. Travailler pour une agence, c’est abandonner une partie de sa liberté de freelance. Tout le monde n’est pas fait pour ça.

Voici que vous devez savoir, si vous comptez devenir un freelance en agence.

Être un expert sur un domaine précis

Une agence ne cherche pas n’importe quel freelance. Si elle fait appel à quelqu’un, c’est pour disposer d’une compétence qu’elle ne possède pas en interne. Congé payé, maladie, ou tout simplement très grosse charrette : les raisons de faire appel à un freelance ne manquent pas. Et puis un œil externe ne fait jamais de mal à l’entreprise.

À noter cependant que son expertise doit être totalement transparente. En clair, il doit s’attendre à donner ses fichiers sources à l’agence dans laquelle il travaille. Eh oui : vous n’êtes pas éternel. Les salariés ont besoin de votre travail pour avancer.

Avoir un réseau performant

Mais être expert ne suffit pas. Il faut un réseau efficace. Imaginez que sur les 15 000 agences et studios basés à Paris et à Lyon, moins de 500 sont prêtes à recruter un freelance. En revanche, elles rémunèrent bien les heureux élus.

Une seule méthode pour entrer dans leur champ de vision : se faire recommander. Le bouche-à-oreille est si rapide que vous pouvez vous retrouver à la tête d’un beau réseau en quelques années. Surtout si vous vous adressez à de grandes agences où le turn-over est très important. Adressez-vous également aux agences qui sont dans l’air du temps.

Enfin, ne méprisez personne. Un grand responsable peut très vite disparaître. À l’inverse, un stagiaire anonyme peut, en quelques années, prendre un poste à responsabilités. Soyez donc respectueux de chacun. Le monde des agences tourne très vite.

Passer par un agent

Malheureusement, tout le monde n’a pas le luxe d’attendre des années pour travailler. Dans ce cas de figure, il vous reste la possibilité de passer par un intermédiaire : l’agent. Même si celui-ci vous interdit de travailler en direct pour ses clients, vous avez désormais accès à un nouvel environnement. Si le courant passe bien, ils peuvent très bien vous recommander à d’autres collègues.

Passer par un agent n’est pas sans frais pour le freelance. Il vous ponctionne entre 10 et 20% de la facture. Mais son travail peut vous faire gagner beaucoup de temps. N’hésitez pas d’ailleurs à accepter les missions en régie (travailler sur place). C’est au contact de cette entreprise que vous allez pouvoir élargir votre réseau.

Se fondre dans une équipe

Travailler pour une agence, c’est redevenir – pour un temps – un collaborateur comme un autre. Tous les freelances n’aiment pas ça. Sinon ils n’auraient pas abandonné le confortable statut de salarié.

Faites une croix donc sur votre anonymat. Dans une agence, vous travaillez au sein d’une équipe. Vous répondez aux directives des responsables. On attend de vous également d’être une force de proposition pour l’équipe, même si vous restez un petit mois au sein de la structure.

Une configuration qui ne pose aucun problème aux freelances… en général. Car, malheureusement, tous les chefs d’équipes et nouveaux « collègues » ne sont pas la hauteur. Dans ces cas-là, le freelance risque de vivre un vrai calvaire. Si vous êtes un peu misanthrope, l’agence n’est pas toujours la meilleure solution.

Essayez cependant de prendre sur vous. Travailler pour une agence vous permet bien souvent de multiplier par deux vos revenus. Ce n’est pas rien.

Share This