Accueil » Business » Charges : ce qu’il faut savoir quand on se lance dans une activité de freelance
Business

Charges : ce qu’il faut savoir quand on se lance dans une activité de freelance

charges en freelance ce qu'il faut savoir

Article mis à jour le 07/11/2018

Le freelance doit apprendre à calculer le montant de ses prestations en fonction de ses charges. Voici quelques conseils pour ne pas avoir de mauvaises surprises. 

La liberté a un coût. Les freelances expérimentés ne le savent que trop bien. A la différence d’un salarié, eux créent leur propre emploi. Ce qui les oblige à accomplir un grand nombre de tâches administratives : cotisations sociales, retraites, médecine professionnelle, assurances. Sans parler de toutes les démarches imposées par le statut. Résultat, entre la facturation et le bénéfice net, la différence varie du simple au double. Et encore !

Raison de plus pour le Blog du freelance de revenir sur la méthode de calcul d’une prestation et sur le paiement des charges.

Les charges quand vous êtes freelance EI ou gérant d’une EURL/SARL

Il ne suffit pas d’envoyer un chèque. Ce serait trop beau. En tant que travailleur non salarié, le freelance déclare ses revenus annuellement à la sécurité sociale des indépendants (ex RSI) grâce à la déclaration sociale des indépendants (DSI). Ces montants correspondent aux bénéfices quand le freelance est sous le statut de l’Entreprise Individuelle (EI). On parle en revanche de salaire si vous êtes à la tête d’une EURL.

Au cours des deux premières années, le règlement des cotisations s’effectue en fonction d’un forfait. En début d’année, l’ex RSI vous demande de régler des cotisations prévisionnelles sur des revenus forfaitaires d’environ 7 000 € pour la première année, et de 10 000 € sur la seconde année. Selon l’activité, les charges sociales sont évaluées entre 30 et 45%.

Passées les deux premières années d’activité, le calcul évolue. Les cotisations prévisionnelles sont désormais calculées sur la base de revenus en N-2. Or, si tout se passe bien pendant les deux premières années, la différence peut être énorme. Prenez garde alors à bien avoir cette avance de trésorerie sur votre compte en banque.

Cette méthode de calcul donne inévitablement lieu à des régularisations. Si le freelance n’a pas assez payé, il sera amené à régulariser le restant de la cotisation. A l’inverse, en cas de trop perçu, c’est le RSI qui vous devra de l’argent. Malheureusement, cela n’arrive pas si souvent.

Voici un petit guide de la SSI.

Les charges quand vous êtes autoentrepreneur

Le régime est autrement plus simple. Cette fois-ci, pas besoin de provisionner. Il suffit d’envoyer un chèque correspondant au CA mensuel ou trimestriel annoncé à l’URSSAF. Avec le régime de la micro entreprise, le taux de cotisation varie entre 12,8% et 22%, selon l’activité choisie.

Fait important à retenir : le travailleur autoentrepreneur ne valide ses 4 trimestres de retraites en profession libérale que s’il déclare un chiffre d’affaires annuel de 8 892 € minimum. En-dessous, l’Etat considère que le freelance n’a pas assez travaillé.

Conséquences sur la profession de freelance

En ajoutant les frais de matériels, de logiciels, le loyer du local, le mobilier, l’électricité, internet, les transports, le bénéfice réel se résume alors souvent à une peau de chagrin. En clair, ne vous dites pas : 2 000 € de facture = 2 000 € en salaire net.

Surtout que le freelance reste un entrepreneur. Ce qu’il gagne, il le réinvestit ou le met de côté pour l’avenir. De l’avis d’un grand nombre de freelances, il faut conserver à la fin de l’année 20% de bénéfices. C’est en tout cas un objectif vers lequel il faut tendre.

Et si on vous dit que vous êtes trop cher, rappelez tout le travail effectué et, surtout, fiez-vous au contrat passé. Sinon, vous risquez d’avoir affaire à un mauvais payeur .

Si pour vous tout ceci vous semble trop compliqué, vous pouvez toujours avoir recours au portage salarial. Ce nouveau mode de travail vous permet de vous délester de toute cette partie administrative pour vous permettre de vous concentrer uniquement sur vos missions.

Partager cet article

3 Comments

  1. Une chose est claire, on ne devient pas freelance pour faire fortune 😉
    Disons simplement que la liberté à un prix.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont signalés avec des *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Share This