Accueil » Lifestyle » Freelance et résilience, accepter pour avancer
Lifestyle

Freelance et résilience, accepter pour avancer

resilience freelance resistance

Devenir Freelance c’est vivre de sa passion au jour le jour mais c’est aussi pouvoir faire face à l’adversité. Être motivé(e) pour agir et réussir et non pas céder à la pression souvent portée par les activités de freelance. En d’autres termes, il s’agit d’avoir une capacité à rebondir face aux échecs et d’adapter sa stratégie face aux risques, donc être résilient. La résilience permet d’accepter ce qui nous arrive pour mieux avancer. C’est là une clé du succès pour une jeune entreprise ou un entrepreneur. Dans l’article qui suit, nous répondons à la question suivante :

Dans quelle mesure le statut de freelance constitue un atout face aux obstacles liés à une activité commerciale ?

Avantages et inconvénients du travail en freelance

En tant que freelance ou freelance en devenir, il est important de comprendre les avantages et les inconvénients du travail d’indépendant.

Les avantages du freelance comprennent :

  • Des horaires de travail flexibles: vous pouvez choisir les heures de travail et définir vos propres horaires notamment en fonction des impératifs de votre vie personnelle.
  • Vous avez la liberté de choisir votre clientèle : alors que l’on indique souvent aux employés pour quels clients travailler, vous pouvez choisir vos projets et êtes moins confinés à des marchés ou des secteurs spécifiques, avoir une diversité de clients. Bien sûr, il est préférable de ne pas faire la fine bouche les premiers temps.
  • Vous choisissez les prix à fixer et vous vous adaptez rapidement aux variations sur le marché.
  • Vous décidez de la direction prise par l’entreprise : vous pouvez définir vos propres objectifs pour votre avenir professionnel.

Il existe donc de nombreux avantages à se lancer mais des défis majeurs vous attendent également et principalement le fait d’être seul(e) à gérer les différentes fonctions d’une activité commerciale. Ainsi il faut pouvoir gérer sa production et ses ventes ainsi que son marketing, ses contrats légaux, ses finances et sa comptabilité. Peu sont qualifiés dans tous ces domaines.

De cette manière et si l’on n’est pas sûr de la direction à prendre, faire appel à une aide extérieure, par exemple à un juriste pour la rédaction des contrats, ou souscrire à des outils performants de compatibilité ou à un expert peut être judicieux. Toutefois, le coût engendré par de telles prestations de service constitue un poids qui peut s’avérer lourd en fonction notamment des capitaux propres de la structure.

Anticiper le statut idéal

Un manque de rentrées d’argent entre deux missions, si c’est à répétition peut engendrer des phases difficiles de la vie de l’entreprise. Et ce, surtout si l’entrepreneur choisit le statut d’entreprise individuelle, le plus simple à mettre en œuvre, mais qui rend le freelance responsable des dettes professionnelles. Ses biens propres pourront alors être utilisés pour éponger les dettes éventuelles de l’activité commerciale.

Pour éviter cela, le freelance peut éventuellement constituer une EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée) ou une EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée).

Sinon, avec le statut de société, la personne est responsable uniquement à hauteur du montant du capital apporté. Il existe plusieurs types de société différentes auxquels un freelance peut songer : société civile libérale (SEL), société civile professionnelle (SCP), société civile de moyens (SCM) ou encore société d’exercice libéral à responsabilité limitée (SELARL).

L’importance du business plan

Le business plan constitue le point de départ de l’entreprise, permettant de savoir quelles ressources allouer à quoi et pour définir la stratégie commerciale à suivre. Il est donc primordial d’en élaborer un solide afin de limiter les risques de « dérive », surtout quand on a un petit budget, un réseau restreint de clients et une force de travail limitée à l’ouverture de son entreprise.

Car en effet, le business plan tient un rôle de guide, une ligne de conduite pour l’entrepreneur. Dans cette optique, il doit rester cohérent au regard de la situation de l’entreprise et donc constamment ajourné.  Aussi, si un ou plusieurs éléments en interne ou en externe changent, il est important d’ajuster le business plan. Cela permet de ne pas être pris de court et d’avoir une vision correcte.

Ce dernier inclut les considérations suivantes :

–          Qu’est-ce que je vends ?

–          Qui sont mes concurrents et comment évolue le marché / secteur ?

–          Quels sont mes objectifs stratégiques sur les courts moyens et longs termes ?

–          Enfin, comment y parvenir ?

Il faut aussi s’attacher à faire des projections sur les bénéfices futurs, se projeter et monter plusieurs scénarios, pour anticiper toutes les possibilités de réussite et d’échec et donc ne pas se laisser surprendre. Bien connaître son entreprise, ses objectifs et pouvoir anticiper c’est aussi faire preuve de professionnalisme.

De cette manière, il sera peut-être nécessaire de faire appel à des solutions de financement et/ou de conseil. Une solution de crowdsourcing ? Un conseiller en webmarketing ? S’appuyer sur des parties prenantes externes pour soutenir vos activités commerciales peut générer des résultats rapides et générer, par exemple, des idées qui ne correspondaient peut-être pas à votre demande initiale lorsque vous avez fait appel à cet expert en webmarketing.

L’importance de la communication

Être freelance c’est aussi prendre en charge toute sa communication en tant que marque à part entière.

Une pratique simple et surtout obligatoire c’est déjà de maintenir vos réseaux sociaux à jour si vous évoluez dans un secteur créatif ou digital, mais ça ne suffira pas. Il vous faut également un site web clair et simple d’utilisation, outil indispensable, voire des cartes de visites à distribuer lors d’évènements afin de travailler et améliorer votre réputation. Il faut parfaitement le maîtriser ou garder un œil car Internet est un outil puissant qui peut bien nous servir mais aussi nous desservir. La résilience ne suffira pas pour remonter la pente en cas de mauvaise gestion de son image car tout peut impacter votre travail. Il faut alors anticiper chaque aspect et prendre connaissance de ce qui se fait ou non.

Tout sert à rassurer vos prospects, leur donner confiance en votre marque pour en gagner de nouveaux mais aussi pour les fidéliser.

Enfin, la prospection est essentielle les premières années mais prenez garde à la cohérence de votre discours avec votre marque !

Limiter les risques de faillite

Pour commencer, il est fortement conseillé de prévoir un capital suffisant car les risques d’insolvabilité sont plus élevés d’autant que les capitaux propres sont bas.

Ensuite, bien connaître ses clients potentiels et leur solvabilité mais aussi diversifier sa clientèle, pour une plus large palette de créditeurs et donc de débouchés est essentiel.

Enfin, selon le statut de votre entreprise (SA, SARL notamment) des règles d’organisation strictes sont à suivre pour rester dans la conformité. Il existe des recours et délais mais les prescriptions légales sont à anticiper. Dans cette même optique, il sera préférable de ne pas attendre pour régler ses dettes sous peine de risquer de perdre son entreprise ou précipiter des difficultés qui pourraient être évitées.

Réagir rapidement

Lorsque les difficultés deviennent importantes, il vaut mieux ne pas perdre de temps. La résilience permet de mieux anticiper les événements pour être en capacité de réagir rapidement. Réagir à temps et prendre les mesures d’assainissement nécessaires constitue une condition de survie de l’entreprise. Cela permet aussi, lors d’une phase difficile, de ne pas être complètement dépassé et pouvoir continuer d’accorder du temps à sa comptabilité et rester conforme à la loi.

Ainsi, être freelance offre de nombreux avantages. C’est par exemple être flexible et pouvoir répondre rapidement aux variations sur le marché.

Il faut cependant prendre en compte un nombre d’étapes à suivre afin d’optimiser le fonctionnement et la viabilité d’une activité commerciale. Faire appel à des acteurs externes, bien que cela représente un coût, peut offrir des opportunités de croissance et des conseils précieux. Enfin, être son propre chef, c’est aussi être sur tous les bords ! Il vaut donc mieux s’assurer de rester conforme même lorsque l’on travaille dans l’urgence.

Voici un article traitant des facteurs clés de résilience lorsqu’on travaille en freelance, par Audrey Pereira de Debitoor, un logiciel de facturation

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont signalés avec des *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Share This