Sélectionner une page

Interview de Florian RIBIERE, CO-créateur de Ouivote.

Interview de  Florian RIBIERE, CO-créateur de Ouivote.

Aujourd’hui, nous interviewions Florian, co-créateur de Ouivote. 

Tout d’abord, peux-tu nous expliquer ton parcours ?

Bonjour et merci de me recevoir sur ce Blog, c’est une mine d’information pour les freelances et les entrepreneurs en herbe comme moi. Mon parcours scolaire a été assez … mouvementé et chaotique à certains moments.

Après des années collège très difficile, où de grosses difficultés étaient présentes, mon objectif était dans un premier temps d’arriver à obtenir un baccalauréat. Je m’oriente alors vers la filière professionnelle dès le lycée. Ayant eu une révélation lors de mon stage de 3ème sur la vente et le commerce, je commence alors un baccalauréat professionnel commerce. Les années passent, les stages aussi et j’obtiens avec mention très bien ce premier sésame. Je commence alors à me projeter un cran plus loin et décide de tenter un BTS, toujours dans la même filière, pour devenir cette fois-ci chef de rayon…

La réalité est que mes missions n’ont pas changées d’un iota entre mes stages de Bac Pro et de BTS et que je commençais à avoir un bon aperçu du secteur de la distribution et du commerce. J’y vois notamment des procédés plus sombres, où la vente additionnelle de tous les services possibles est monnaie courante, quand bien même le client en face n’en a pas du tout l’utilité, ou ne comprends pas ce qu’on lui vend. Je découvre que derrière la promesse d’un conseil client personnalisé et adapté à chacun, il se cache en fait de la vente agressive au maximum de personnes possibles. Ce qui n’était pas en accord avec mes valeurs, où j’avais commencé le commerce pour conseiller les clients de manière bienveillante en leur vendant le juste produit adapté à leurs besoins, sans superflu. Dans le même temps, je me mets à créer mon blog pour partager ma passion au plus grand nombre. Suite à ces deux événements, fort de mon BTS en poche, je me suis intéressé à la partie web du commerce, et j’ai alors bifurqué sur un bachelor communication digitale en alternance, que j’ai ensuite poursuivi par un mastère en digital marketing & audiovisuel, toujours en alternance. Aujourd’hui je suis diplômé depuis quasiment un an et je suis revenu à mes premiers amours : la vente et la relation client, pour un projet qui me tient à cœur ! 

florian et sa coéquipière  ouivote

Comment as-tu eu l’idée de créer ton entreprise ?

De part la création de mon blog pendant mes études, mais également de ma chaîne YouTube, j’ai toujours eu ce goût pour l’entrepreneuriat et le fait de bâtir quelques choses de mes propres mains. En l’occurrence, pour OuiVote, cela est intervenu grâce à un hackathon étudiant sur la création d’entreprise et grâce à la merveilleuse équipe avec laquelle je me suis associé dès le départ. Car soyons honnête, je ne sais pas si j’aurais véritablement sauté le pas de me lancer, si je n’avais pas rencontré les bonnes personnes, avec qui on a partagé des moments de joie intense ! J’ai souhaité entreprendre également pour vivre cette folle aventure à plusieurs. Et cette première année a déjà été une source infinie d’apprentissage, un choix que je regrette pas du tout.

ouivote

Résume nous Ouivote en quelques phrases ?

Avec OuiVote, nous nous sommes redonner une mission : Renouer le lien et le dialogue entre les citoyens et les élus & institutions locales.

Face au taux d’abstention en hausse, notamment lors des élections municipales, nous agissons tel un intermédiaire de confiance.

Grâce à notre plateforme de participation citoyenne et de vote en ligne de décisions locales à l’échelle du quartier, le citoyen redevient acteur de la vie de sa commune. Les élus proposent ainsi des projets aux citoyens et de leur côté, les habitants peuvent donner leur avis, dialoguer directement avec leurs élus et même proposer leurs propres projets. La confiance est renforcée par l’intégration de la blockchain et du jugement majoritaire comme mode de scrutin. Nous enfin des services d’accompagnement en communication aux mairies. Parce que pour nous, la démocratie ce n’est pas être consulté seulement tous les 3 à 5 ans, mais tous les mois voir toutes les semaines !

Bravo pour ton intégration à la Station F, comment as-tu réussi à intégrer cet espace ?

Merci ! Nous sommes réellement contents de pouvoir avoir aujourd’hui des bureaux dans le plus grand incubateur de startup au monde, considérés par beaucoup comme “La Mecque de l’entrepreneuriat”. Précisément nous sommes incubés au sein du Programme Pépite Startup Ile de France, qui est géré par le Schoolab & et la Région Île de France. Pour en arriver là, j’ai dû demander en début d’année, le statut national d’Étudiant Entrepreneur qui se demande sur le site du Ministère de l’éducation nationale. Ce statut permet de bénéficier des avantages étudiants (réduction carte Navigo, chez Mcdo, etc) mais également d’un premier niveau d’accompagnement sur son projet entrepreneurial. Chaque département a son propre PEPITE (Pôle Etudiant Pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat). A mi-parcours de ce suivi par notre PEPITE, il nous est possible de bénéficier d’un accompagnement encore plus poussé appelé Starter. Pour les étudiants-entrepreneurs d’Ile de France, il nous est possible de postuler à ce programme Starter qui est à Station F.  Chaque Pépite qui a entre 25 et 50 personnes sélectionne entre 8 et 10 projets susceptibles de candidater sur un formulaire dédié qui est envoyé aux Pépites, à la Région Ile de France, et au Schoolab. Sur les 80 projets retenus par les pépites, seulement 45 projets sont éligibles à passer un entretien physique au Conseil Régional d’Ile de France avec tous les membres du jury. Ce jury choisi enfin entre 22 et 23 projets qui intégreront ce programme d’incubation. Ce qui a été notre cas. Tout cela pour 100 € euros par mois pendant 6 mois.

Je tiens tout de même à dire qu’avant d’être pris dans ce programme d’incubation, on a auparavant été recalé dans 4 autres. Donc ne jamais rien lâcher et persévérer !

 

As-tu des conseils pour des jeunes qui hésitent à devenir freelance ?

Mon conseil pour les jeunes qui hésitent à devenir freelance, ou même à se lancer dans l’entrepreneuriat de manière générale, c’est de cadrer tout au maximum avant de faire le grand plongeon vers l’inconnu. De sorte que ce ne soit qu’un “demi-plongeon”. Je veux dire par là d’essayer de se sécuriser un maximum en cas de pépin éventuel. Par exemple pour ceux qui sont actuellement CDI ou étudiant, c’est regarder si on est compatible aux allocations chômage de Pôle-Emploi, histoire d’avoir un filet de sécurité et une rentrée d’argent tous les mois. Ou alors en tant que Freelance, commencer à développer son réseau avant de faire le grand pas. De sorte d’avoir des premiers clients pour se lancer, puis au bout d’un certain temps, le plus rapide possible, se lancer à temps plein.

Un dernier mot ? 

Mon dernier mot se résumera en deux citations qui me guide au quotidien. La première est celle de Peter Drucker qui dit “Le meilleur moyen de prévoir le futur est de le créer”.

Enfin, la deuxième est d’un auteur inconnu mais tout aussi puissante : “Dans la vie il y a deux types de personnes. Celles qui prennent des risques et celles qui travaillent pour ceux qui prennent des risques !”. Alors si tu es freelance ou entrepreneur n’hésites plus et OSES.

A propos de l'auteur

Anthony Berges

17 ans de marketing dans le secteur des services et des prestations intellectuelles. Passionné par la transformation sociétale en cours qui impacte la relation entre les talents et les entreprises. Demain, tous freelances?

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NOTRE PARTENAIRE


Découvrez le portage salarial avec AD’Missions.

Notre newsletter

  • Le meilleur de l'actualité freelance chaque mois dans votre boite mail.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.