Pour durer, un freelance doit augmenter ses tarifs. C’est certes un jeu délicat, mais qui mérite un certain doigté. On vous donne quelques clés.

« Ah, mais, vos tarifs ont augmenté ! » Dans la vie de freelance, les tarifs évoluent. Une fatalité qui arrive à tous les indépendants, qu’ils vendent des tomates ou du code informatique. D’autant plus quand on vient de démarrer son activité. Logique. Au départ, les prix sont plus bas pour attirer le chaland… avant d’augmenter petit à petit.

Prenez garde cependant à être délicat. Si vous voulez garder vos références, voici quelques astuces pour ménager la susceptibilité de vos interlocuteurs.

Y aller étape par étape

C’est évident. Mais certains ne manquent pas de toupet. Dans la mesure du possible, ne dépassez pas les 10 à 20% d’augmentation. Au-delà, vous pouvez être certain de perdre votre client. Il ne faut pas non plus exagérer.

Quoi qu’il en soit, n’oubliez jamais d’argumenter. Une hausse de prix peut toujours s’expliquer : inflation, hausse de la valeur ajoutée, sous-évaluation de la prestation au départ…

Augmenter ses tarifs de manière espacée

Encore une fois, n’allez pas trop vite. Laissez passer du temps entre deux hausses de prix. Mettez-vous à la place de votre client. On n’aime jamais payer plus pour une prestation identique. C’est tout à fait naturel.

Si vous avez commencé une mission à un prix relativement bas, il est évident que rien ne vous empêche de renégocier la grille des prix. Dans l’idéal, définissez avec votre client une date à laquelle vous allez pouvoir renégocier les tarifs.

Il est d’ailleurs conseillé d’augmenter vos tarifs quand vous avez stabilisé votre business. Mais, encore une fois, n’y allez pas trop fort. Surtout avec vos premiers clients. N’oubliez pas que ce sont eux qui ont décidé de vous faire confiance avant les autres. Ils méritent une petite ristourne.

Augmenter ses tarifs en fonction de sa valeur

« Pourquoi augmentez-vous vos prix ? » Ne vous étonnez pas si vos clients vous posent cette question. Elle est d’ailleurs légitime. Préparez alors un argumentaire de choc. Si vous doutez de vos arguments, mettez par écrit votre offre globale. C’est ce qui va permettre à votre client de comprendre votre véritable valeur ajoutée.

Enfin, vous pouvez très bien avoir fait évoluer votre prestation. Dans ce cas, expliquez à votre interlocuteur les bénéfices qu’il en a retirés : progression de sa notoriété, augmentation de ses ventes, etc. Montrez que vous avez réussi à mieux travailler. Dans la mesure du possible, essayez de chiffrer au maximum votre argumentaire. Cela vaut pour tous les cas de figure.

 

Share This