Accueil » Business » Voici notre manuel de survie face à la crise
Business

Voici notre manuel de survie face à la crise

manuel de survie crise freelance

Presque aucun email, ni coup de fil,… En discutant avec certains freelances, pas de doute : la crise commencerait DÉJÀ à se faire sentir. Plutôt que de se laisser abattre, il faut réagir et surtout… agir !

Je publie quelques idées qui vous aideront à saisir et/ou à provoquer les opportunités qui existent malgré tout en ces temps difficiles et cette période de crise.

Ce que j’aimerais par-dessus tout, c’est que vous aussi participiez à ce « manuel de survie ». N’hésitez pas à réagir, à proposer des idées… Il est temps de se serrer les coudes, on a tous à y gagner 😉


Conseil 1
: prospecter en mettant en avant son statut

Être freelance, ce n’est pas seulement un état d’esprit, c’est un statut avantageux pour ceux qui nous font travailler car ils paient en général moins de charges qu’avec un salarié. En ces temps de réduction de coûts tous azimuts, cela peut constituer un argument de poids. Essayez de le glisser dans une conversation : dès lors qu’on parle argent, les gens sont toujours très attentifs… même s’ils ne le montrent pas ouvertement 😉

Conseil 2 : faites le point sur vos clients

Prenez une feuille de papier ou ouvrez un éditeur de texte sur votre ordinateur : listez-y tous vos clients et leur ancienneté, indiquez la fréquence de vos collaborations, précisez les sommes que ces collaborations vous rapportent et le temps que vous y passez… C’est un exercice que j’aime faire régulièrement, car cela m’aide à visualiser ma situation. Cela me permet ainsi de prioriser mes efforts, car je sais où sont les clients qui me rapportent, ceux qui nécessitent plus d’attention de ma part, ou pas.

Conseil 3 : faire du rangement et du classement

Prenez le temps pour archiver et classer vos documents : oui, toutes ces piles de papiers qui s’amassent sur votre bureau, ces fichiers qui traînent sur votre ordinateur, vos emails,… Si vous avez un site Internet ou un blog, profitez-en pour le mettre à jour, publier-y vos nouvelles références clients, vos dernières réalisations,… Merci à Sophie, freelance dans le print et l’édition, pour ce précieux conseil 😉

Conseil 4 : exiger une avance

Il est peut-être pertinent d’envisager, en particulier avec de nouveaux clients, un premier versement avant de débuter leur travail. Certains freelances le font, notamment pour de gros travaux qui durent assez longtemps. En ces temps de crise, systématisez cette démarche, y compris pour des jobs de quelques jours.

Conseil 5 : rencontrer du monde

Utilisez les réseaux sociaux (facebook, Viadeo, Linkedin,…) pour nouer de nouveaux contacts. Si vous n’êtes pas très familier avec ces outils, rejoignez-moi sur facebook et faisons connaissance : ça vous fera déjà un contact professionnel supplémentaire 🙂

A vous de jouer maintenant. Réagissez à ces conseils et donnez les vôtres 🙂

Partager cet article

8 Comments

  1. En cas de crise, et ce n’est pas la première fois que j’en subit une, il faut d’abord faire ses comptes et voir combien de temps la trésorerie permet de tenir, en ayant eu soin de bien rapatrier tous les chèques des clients, plus facile quand on n’a plus de factures en attente..
    Effectivement, Dom a raison, une petite liste de clients, quelques colonnes, bonne idée.
    En profiter pour ARCHIVER et CLASSER tout ce que l’on ne fait jamais manque de temps…comme ses dossiers boulots, ses mails, ses polices, ses images…du temps de gagner dès que ça repartira!!! Et puis mettre son site à jour des nouveaux jobs, bref, il y a de quoi s’occuper quelques jours quand même!!!

    Reply
  2. Merci sophie ! J’aime bien ton idée de profiter d’une baisse d’activité pour faire tout ce qu’on a jamais le temps de faire en temps normal : actualiser son site, classer ses dossiers,… Cela sera un des prochains conseils que je publierai.

    Reply
  3. Ah oui, c’est vrai Sophie – car je trouve on a jamais le temps de s’occuper de nous et de mettre nos sites à jours et ranger un peu fais du bien! Sur le sujet de « se profité » d’un peu de temps libre ça nous donne l’opportunité de réfléchir sur des nouvelles idées, projets, façon de travailler pour améliorer nos services. Et même de testé des nouvelle logiciels ou applications (comme https://blog.freelance.com/mon_weblog/2008/09/index.html ). Je pense que c’est aussi important d’aller rencontrer des prospects en personne – en temps de crises – les clients potentiel eux aussi ont plus de temps libres!

    Reply
  4. Ah oui, c’est vrai Sophie – car je trouve on a jamais le temps de s’occuper de nous et de mettre nos sites à jours et ranger un peu fais du bien! Sur le sujet de « se profité » d’un peu de temps libre ça nous donne l’opportunité de réfléchir sur des nouvelles idées, projets, façon de travailler pour améliorer nos services. Et même de testé des nouvelle logiciels ou applications (comme https://blog.freelance.com/mon_weblog/2008/09/index.html ). Je pense que c’est aussi important d’aller rencontrer des prospects en personne – en temps de crises – les clients potentiel eux aussi ont plus de temps libres!

    Reply
  5. Bien d’accord avec le conseil 1, d’autant que je m’aperçois très clairement que j’obtiens bien plus de rendez-vous à présent, indépendante, qu’auparavant en recherche d’emploi salarié… les compétences vendues sont-elles si différentes ? Non, bien entendu, mais en indé, en « externalisée », en assistante qui s’adapte au temps et au projet, je deviens… attractive !
    D’accord avec le 2 également, même si globalement, il s’agit bien de classer et archiver pour y voir un peu plus clair…

    Reply
  6. Merci pour ces conseils.
    la crise est un atout pour les freelance. Surtout aujourd’hui, grâce à la puissance que nous confère nos machines, doublé de l’expérience acquise…
    C’est le moment ou jamais de prendre des petits budgets au grosses et moyennes agences de com ou autre. En effet les freelance, en règle générale on des compétences similaires (pensez association de talents) et des coups structurels moins importants… donc il ne faut pas hésiter à mener la vie dure et à avoir des politiques offensives pour grignoter ces budgets que les grosses agences nous ont pris il y a quelques années…
    Pour ce faire il faut jouer la carte des compétences croisées et complémentaires… Bonne chasse à toutes et à tous et à l’abordage !

    Reply
  7. stupide ….

    Reply
  8. J’aime ce genre de commentaire anonyme et surtout parfaitement argumenté…
    Que tu trouves, cher « x » stupide mon point de vue, je peux tout à fait le comprendre, mais explique moi-nous pourquoi. Et surtout explique moi pourquoi depuis le début de la crise je n’ai jamais eu autant de travail et ce, sans casser les prix du marché. Mon commentaire n’avait d’autre but que de « positiver » cette période que certain trouvent sombre et amère. Je persiste et signe en pensant que nous pouvons prendre des budgets en imaginant et mettant en oeuvre de nouvelles façons de travailler et en s’appuyant sur des compétences croisées. Actuellement je gère un magazine mensuel, deux collections éditoriales, de la communication politique et citoyenne pour une mairie, de la com pour une agence d’architecture, trois sites internet en cours ect. Ces Clients, sauf un, travaillaient avec des agences il y a moins d’un an… La bonen nouvelle c’est que je fais bosser (en toute transparence) 2 autres graphistes, 1 rédacteur concepteur, des imprimeurs ect.
    Donc explique moi donc où se niche la stupidité de mon propos !
    Bien à toi.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont signalés avec des *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This